UEHC & MISP à Auxerre

Construction d’une Unité Educative d’Hébergement Collectif et d’une Mission d’Insertion Socio-Professionnelle à Auxerre (89)

/// Lauréat du concours de maîtrise d’oeuvre.

Eloge au foyer (parce que ce n’est pas un « gros mot »),

Avant de commencer par énoncer les différents moyens pour résoudre les problématiques inhérentes à ces établissements, attachons-nous à nous inscrire dans une posture de bienveillance pour tous ses habitants. Chacun arrive avec son propre « bagage » et avec une perspective limitée sur la suite. L’intention est bien de leur offrir un quotidien avec ses banalités dans un climat apaisé. Si aujourd’hui, le terme « foyer » souffre d’une connotation péjorative, c’est pourtant bien de ça qu’il est question. Comment apporter la chaleur et la convivialité d’un foyer ?

Au-delà d’un simple bâtiment, nous imaginons l’Unité Educative d’Hébergement Collectif et la Mission d’Insertion Socio-Professionnelle comme un écosystème en mouvement à s’approprier et capable de s’adapter à l’évolution des usages et usagers. A travers les bâtiments mais aussi les aménagements extérieurs, cet écosystème offre une multiplicité de lieux ou les usages sont parfois suggérés mais ce sera bien les futurs occupants qui le feront vivre.

Cet écosystème est imaginé comme un lieu exemplaire dans les choix programmatiques et constructifs. Nous souhaitions qu’il puisse être le support d’une démarche inspirante pour tous en travaillant sur plusieurs axes :

– Un projet conscient de son impact environnemental (car construire n’est pas neutre) en favorisant l’usage de matériaux bio-sourcés et le réemploi (utilisation de la charpente métallique présente sur place, utilisation de certains gravats du bâtiment existant pour créer des aménagements, etc..)

– Un projet sobre énergétiquement en favorisant une isolation performante, l’inertie, la protection solaire passive et en ayant recours aux énergies renouvelables (photovoltaïque).

– Un projet attaché à la terre avec une volonté de créer un paysage arboré et comestible, en favorisant la récupération des eaux pluviales et en limitant les surfaces imperméables.

– Un projet à vocation pédagogique dans lequel les usagers sont des acteurs responsables du bon fonctionnement de l’écosystème et de son développement.

Insertion urbaine et fonctionnement du site

L’implantation du projet se fait en conscience sur un terrain accidenté et avec un règlement d’urbanisme contraignant pour un équipement tout en intégrant une conception bioclimatique. L’équilibrage de l’équation se fait par l’utilisation de géométries simples qui suivent les lignes de forces existantes : les voiries, les constructions, les vides, les trames végétales, etc…

Le bâtiment de l’UEHC et de la MISP sont traités comme deux volumes distincts mais faisant partie d’un ensemble cohérent relié par l’administration. Le bâtiment de la MISP s’ouvre sur un parvis public. Le volume de l’UEHC quant à lui,  se positionne parallèlement à la rue avec un recul pour intégrer les parkings. Afin de pouvoir respecter les hauteurs limites de construction tout en assurant un recul par rapport à la voirie, les bâtiments sont traités avec des toitures mono-pente offrant par la même occasion la possibilité d’intégrer des panneaux photovoltaïques.

La MISP, un lieu accueillant pour la transmission

Venant depuis le bas de l’Avenue de Grattery, le parvis de la MISP vient s’accrocher à l’espace public en proposant une surface minérale calme aménagée avec quelques plantations, banquettes et un abri vélos. L’entrée de la MISP s’ouvre généreusement sur ce parvis avec un accès direct au hall d’accueil et un accès aux ateliers. La façade d’entrée bardée de bois avec son débord de toiture s’inscrit visuellement comme un équipement public en contact avec le monde extérieur. Depuis le hall, on a une lecture claire des espaces avec un couloir central distribuant tous les espaces et une vue traversante sur le jardin situé dans son prolongement. Deux grandes respirations rythment la circulation avec, dans un premier temps, le hall qui dessert les sanitaires, les vestiaires et l’atelier puis une seconde respiration située au centre avec la distribution des espaces administratifs et de la salle de sport.

L’UEHC, réhabiliter le sens du mot « foyer »

C’est à travers ce mot de « foyer » que se construit le parti-pris architectural à la fois conscient d’une réalité programmatique tout en ne tombant pas dans la caricature. La destination du bâtiment est d’accueillir des jeunes qui vont cohabiter collectivement et construire ensemble leur vie quotidienne dans un cadre « contrôlé ». Les enjeux architecturaux (spatialité et usage) sont présents depuis l’espace public jusqu’aux petits recoins d’une circulation ou de la chambre.

Depuis la rue, le bâtiment de l’UEHC se lit en second plan avec la présence du mur de clôture doublé de plantations. Le rez-de- chaussée disparait pour laisser apparaître la partie hébergement à l’étage traitée en zinc blanc et bardage bois. Le volume se veut simple, chaleureux en laissant apparaître une charpente traditionnelle emprunter de l’architecture vernaculaire. Au premier regard, il semble difficile de qualifier la fonction de ce bâtiment à mi-chemin entre ce qui pourrait s’apparenter à une grange, une maison en bois contemporaine, du logement collectif… quoiqu’il en soit : c’est « dépaysant ».

Introduction pour un projet de « bon sens »

Les choix des solutions techniques s’inscrivent dans la continuité des recommandations programmatiques tout en s’adaptant à la particularité du projet proposé et des exigences propres que nous avons en termes d’environnement, d’économie circulaire et de sobriété énergétique.

La conception globale prône une approche bio-climatique et de responsabilité environnementale. Pour cela, nous proposons une construction mixte ossature bois et béton.

Le parti-pris énergétique du projet se construit à la fois autour d’une production électrique autonome et de la mise en place d’une chaufferie bois. L’isolation performante du bâtiment va limiter de manière conséquente les besoins en chauffage tout comme la conception globale qui va limiter fortement les risques de surchauffe. La solution de la chaufferie bois est une solution fiable dans le temps, avec un prix du combustible très compétitif

Maîtrise d’Oeuvre :

  • Atelier d’Architecture HVR _ architectes mandataires
  • 3IA Ingénierie _ BET TCE + économie
  • Benjamin Mesnager _ Paysage
  • Acoustique France _ bureau d’étude acoustique
  • Grandes Cuisines Ingenierie _ bureau d’étude cuisine collective

Maîtrise d’ouvrage :

  • Ministère de la justice

Programmiste et assistance à la maitrise d’ouvrage

  • EXPRIMME

Date : étude en cour, livraison 2024
Surface : 1 168 m²
budget : 2 880 000 € HT