Maison de l’Eau à Semur-en-Auxois

Concours pour la construction d’une Maison de l’eau à Semur-en-Auxois (21)

La sobriété comme fil conducteur

Les ambitions sont claires tant sur l’approche fonctionnelle qu’environnementale. Afin de tenir les objectifs, nous proposons de nous inscrire dans une démarche de « sobriété heureuse ». Les choix
architecturaux et techniques doivent se faire en conscience en intégrant trois paramètres : fonctionnalité, environnement et économie. Le projet proposé associe ces composantes à l’équation qui devra s’affiner en
intelligence collective avec les utilisateurs pendant le temps de la conception.

Le site choisi pour la construction de la Maison de l’eau se situe sur la future extension du parc d’activité de la commune de Semur-en-Auxois. Si au premier abord, le choix d’implantation peut « effrayer » par la qualité architecturale et environnementale qui fait souvent défaut à ces zones, il faut y voir un défi pour démontrer que l’on peut s’y inscrire avec des modèles vertueux où économie et écologie ne sont pas antinomiques. La recherche d’économie de matière, de standardisation et de réversibilité des
constructions « industrielles » peut proposer des solutions en phase avec une approche écologique.
C’est en intégrant ce postulat que nous avons élaboré le projet de construction de la Maison de l’eau au travers de choix de matériaux, de choix techniques et de modes constructifs.

Des choix constructifs assumés

Le mode constructif du bâtiment « bureaux » s’oriente sur une forte utilisation de matériaux biosourcés :
ossature bois, charpente bois, isolation en laine de bois. Cela représente la masse principale du bâtiment avec un impact carbone maîtrisé. Nous avons donc favorisé un matériau plus « économique » en façade mais aussi en couverture avec l’utilisation de bac acier particulièrement adapté pour la mise en place de panneaux photovoltaïques. D’autres pistes en termes d’économie, de facilité d’entretien et d’évolution pourront être approfondies par la suite (ex. cheminement visible des réseaux).

Le choix constructif pour le bâtiment «technique» s’oriente vers une structure métallique avec couverture et bardage bac acier. Ponctuellement, certains murs seront maçonnés selon les besoins d’usages et les dispositions de sécurité incendie. La partie cuisine, vestiaires, sanitaires et atelier du délégataire seront isolés et chauffés avec un traitement en bardage bois pour la façade de la cuisine pour renforcer l’image conviviale du lieu.
Le mode constructif proposé est rationnel et économique compte tenu de l’usage. La structure métallique est démontable, recyclable et facilement modifiable au grès des besoins. Nous appuyons sur le fait qu’il faut faire des choix raisonnés en fonction des usages afin d’être en cohérence avec une conception sobre,écologique mais aussi économique.

Le jardin ripisylve

Le jardin ripisylve est l’élément paysager majeur du site. Il prend place entre les deux corps bâtis du projet et offre une situation d’immersion dans un jardin d’eau. Ce transect végétal inondable présente un cortège floristique hélophyte, c’est-à-dire semi-aquatique, résistant aux périodes de sécheresse et permetiant de dépolluer les eaux. Il renvoie à l’ensemble des formations végétales qui se trouvent aux abords des cours d’eau du territoire. Ce biotope devient le ‘’sujet’’ que le regard embrasse depuis l’ensemble des pièces adjacentes. Il est également un élément démonstrateur de la gestion des eaux de pluies.
En amont même du jardin, une cuve de récupération des eaux de pluies est alimentée par les toitures proches. La cuve sera dimensionnée pour alimenter les sanitaires et sera semi-enterrée afin que le trop-plein passe gravitairement dans la ripisylve. Il sera intéressant de s’appuyer sur les utilisateurs pour créer ce jardin et en faire à la fois un outil de gestion des eaux pluviales mais également un vivier de biodiversité.

Maîtrise d’Oeuvre :

  • Atelier d’Architecture HVR _ architectes mandataires
  • 3IA Ingénierie _ BET TCE + économie
  • Benjamin Mesnager _ Paysage
  • Acoustique France _ bureau d’étude acoustique

Maîtrise d’ouvrage :

  • SESAM

Date : concours 2021
Surface : 1 260 m²
budget : 2 122 000 € HT